Exposition Tapisseries nomades, Lausanne

Exposition Tapisseries nomades. Fondation Toms Pauli. Collection XXe siècle au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, 25 mars – 29 mai 2016.

L’accrochage, constitué d’une trentaine d’œuvres provenant exclusivement de la collection contemporaine de la Fondation, retrace l’évolution de la tapisserie des années 1960 aux années 2000. Lien

Compte-rendu du séminaire d’Arachné à Genève

Séminaire ARACHNÉ

 ­6e session

Musée Rath et Université de Genève

23-24 janvier 2014

La 6e session du séminaire ARACHNÉ s’est tenue au Musée Rath de Genève, à l’occasion de l’exposition Héros antiques. La tapisserie flamande face à l’archéologie, et à l’Université de Genève. Elle était centrée sur quelques problématiques communes à l’écriture de l’histoire de la tapisserie et de celle des autres arts décoratifs. Elle a réuni 25 spécialistes de la tapisserie de plusieurs nationalités (Suisse, Italie, Espagne, Belgique, Japon et France). 

Jeudi 23 janvier

Musée Rath, Place Neuve, Genève

IMG_2207
© Barbara Caen

 Visite de l’exposition Héros antiques. La tapisserie flamande face à l’archéologie, sous la conduite de Giselle Eberhard Cotton et Marielle Martiniani-Reber, commissaires de l’exposition, et de Guy Delmarcel et Jan Blanc, auteurs du catalogue. De prestigieuses tentures flamandes du Musée d’Art et d’Histoire et de la Fondation Toms Pauli ont été sorties des réserves à l’occasion de cette présentation. Narrant les histoires des héros Decius Mus, Scipion et Hannibal, Marc Antoine, Titus et Vespasien, et Constantin, elles sont présentées en regard d’une sélection d’objets archéologiques, des monnaies et des médailles, des armes, des moulages de belles antiques, et des livres et des estampes permettant ainsi de reconstituer l’image de l’Antiquité que le XVIIe siècle avait produite au moment où ces tapisseries ont été fabriquées.

Nous nous sommes ensuite rendus à Lausanne pour visiter la Maison de Mon-Repos et voir les belles tapisseries flamandes et françaises qu’elle conserve. Nous remercions Christian Zutter, Chef du protocole, Municipalité de Lausanne, Laurent Golay, directeur, Musée historique de Lausanne, Eric Rochat, président de la Fondation Toms Pauli pour l’accueil très chaleureux qui nous a été réservé.

vendredi 24 janvier

Université de Genève, Bâtiment des Bastions, salle B220

 9 :00  Accueil par Jan Blanc, Université de Genève

Une relecture de l’histoire de la céramique à travers la collection de dessins de la manufacture de Sèvres durant la première moitié du XIXe siècle        Jean-Gérald Castex, Musée de Sèvres 

Alexandre Brongniart (1770-1847), savant renommé et administrateur de la manufacture de Sèvres de 1800 à 1847, est une figure tutélaire dans l’historiographie de l’art de la céramique : il joua un rôle déterminant dans l’évolution technique et artistique de la manufacture de Sèvres durant la première moitié du XIXe siècle ; il créa en 1824 le musée céramique (aujourd’hui musée national céramique à Sèvres) dans lequel était présentée, classée par technique et époque, « d’un seul coup d’œil, l’histoire de ce qu’on appelle le goût dans les arts » ; ses publications (le Traité des arts céramique en 1844 et la Description méthodique du musée céramique en 1845) constituent des jalons importants dans l’historiographie de cet art.                                                                                                  Nous voudrions souligner, à travers la présentation des projets de décors aujourd’hui conservés à Sèvres, la manière dont ses travaux scientifiques et muséographiques permirent l’introduction dans les productions de la manufacture de formes et motifs empruntés à différentes périodes historiques (Antiquité, Moyen-Age et Renaissance), au monde musulman ou à l’Extrême-Orient. Ce renouvellement artistique constituait pour Brongniart autant, sinon davantage, une relecture critique de l’histoire de la céramique qu’une amorce de l’éclectisme de la seconde moitié du XIXe siècle.

Historiographie du papier peint et histoire de l’art                                           Jérémie Cerman, Université de Paris-Sorbonne

Notre intervention partira du constat selon lequel, sur quatre thèses à s’être intéressées en France au papier peint, notre propre doctorat, soutenu en 2009 et portant sur la période Art nouveau, fut le premier et le seul à être mené en histoire de l’art. Sans chercher à mettre en exergue une quelconque frontière disciplinaire, bien au contraire, nous mettrons l’accent sur la diversité des approches qu’autorise l’étude de ce support décoratif, à la croisée de l’histoire socio-économique et de l’histoire des arts décoratifs, voire de l’esthétique. Depuis les premiers essais d’histoire du papier peint aux environs du milieu du XIXe siècle jusqu’aux travaux les plus récents, comme ceux de Robert M. Kelly aux États-Unis (2013), en passant par les ouvrages fondateurs – ceux d’Alan Victor Sugden et John Ludlam Edmondson pour la Grande-Bretagne (1926), d’Henri Clouzot et Charles Follot pour la France (1931, 1935) et, plus tardivement, d’Heinrich Olligs pour l’Allemagne (1970) – nous reviendrons sur l’historiographie du papier peint en interrogeant la place qu’y tient l’histoire de l’art, telle que la discipline continue à se définir aujourd’hui.

La tapisserie d’ameublement au XIXe siècle : une histoire à écrire ?           Agathe Le Drogoff, doctorante à l’EPHE, Paris

 La tapisserie d’ameublement est aujourd’hui un champ d’études peu exploré : ces multiples pièces de dimensions restreintes, destinées à couvrir sièges, écrans de cheminée, paravents, dessus de porte, etc., ne purent jamais vraiment rivaliser avec les œuvres d’art monumentales que sont les tapisseries murales. Elles forment pourtant des ensembles décoratifs tout aussi luxueux, quelquefois d’ailleurs en cohérence avec les tentures. Aucune publication n’en retrace l’histoire, alors que celle-ci, d’un grand intérêt, concerne aussi bien le domaine de la tapisserie que celui du mobilier. L’historiographie permet de comprendre cette relative indifférence : les ouvrages anciens font état de nombreuses difficultés, comme l’état lacunaire des archives, l’éparpillement des œuvres en France et à l’étranger ou encore l’existence de préjugés artistiques propres à la tapisserie ou aux arts décoratifs.                                                                                                                                               La littérature récente accorde une place majeure à la manufacture nationale de Beauvais qui, tout au long du XIXe siècle, se spécialisa dans ce type d’ouvrages destinés au souverain. Cependant, les recherches ont jusqu’alors privilégié une démarche quantitative, consistant à lister la production de la manufacture plus qu’à l’analyser. Cette approche doit être dépassée pour être intégrée à l’étude de l’histoire du goût et de son évolution. Qui furent les hommes, administrateurs ou auteurs de modèles, qui participèrent à cette production ? Quelle fut la place de celle-ci dans le concert des arts décoratifs ? Autant de questions qui devraient permettre de porter un regard nouveau sur la tapisserie d’ameublement.

Les Biennales de la Tapisserie de Lausanne et la Nouvelle Tapisserie : un vocabulaire à réinventer:                                                                                               Giselle Eberhard Cotton, Fondation Toms Pauli, Lausanne

 La création des Biennales Internationales de la Tapisserie à Lausanne sous l’impulsion de Jean Lurçat et de Pierre Pauli a été un événement marquant dans l’histoire de la tapisserie d’après-guerre.  Dès la première édition en 1962 et plus encore au cours des deux décennies suivantes, la manifestation a été le lieu de rencontres d’artistes du monde entier engagés dans une réflexion novatrice autour d’un art traditionnel.                                        Les développements inattendus de l’art de la tapisserie ont bousculé beaucoup d’idées reçues. Comment les critiques ont-ils réagi à cette effervescence créatrice et en quels termes en ont-ils parlé? La présentation prendra en compte les principaux ouvrages francophones parus dans les années 1960 sur le sujet (J. Coffinet, M. Jarry, A. Kuenzi et A. Hoffmeister) et qui ont fait l’objet de rapide réédition pour répondre au langage de la Nouvelle Tapisserie.

 Cette session a été possible grâce au soutien de la Fondation Toms-Pauli

 ARACHNE

Un programme de recherche soutenu par l’ANR et la Région Aquitaine