Publication Cahiers Pariset n°9

Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier, études rassemblées par Pascal-François Bertrand, Les Cahiers du Centre François-Georges Pariset n° 9, Presses Universitaires de Bordeaux, 2015.

L’histoire de la tapisserie s’est concentrée d’une part sur les grands ensembles tissés et leurs propriétaires successifs et d’autre part les lieux de production, ce qui a entrainé la création de modèles historiques impliquant une hiérarchie, une idée d’expansion, de rayonnement d’un art national, tels que la primauté des ateliers bruxellois au XVIe siècle et l’excellence de la manufacture des Gobelins au XVIIIe. Les études relatives au métier de tapissier, à la production et à l’organisation du commerce ont été délaissées, hormis au début de la IIIe République, dans un contexte favorable aux métiers et aux ouvriers (construction d’un siège des juridictions commerciales et ouvrières, création d’écoles municipales d’apprentissage et initiatives privées, construction de bourses du travail et projet d’institutions de prévoyance). L’exposition universelle de 1878 a révélé la vitalité des métiers. Le mot tapissier désigne plusieurs activités et corps de métiers : un tapissier est tantôt un ouvrier qui garnit des sièges et qui tend des tentures de toutes sortes dans les demeures, tantôt un marchand impliqué dans le négoce de tapisseries, de tapis, de textiles et de divers meubles, tantôt encore un fabricant de tapisseries et d’autres tissus d’ameublement. Ceci entraine des ambiguïtés, des confusions qu’il convient de clarifier en revenant sur la définition de ces métiers, sur leur organisation et leur production, en abordant des questions de lexicographie, de hiérarchie, d’estimation de leur importance en nombre d’ouvriers, en volume et en qualité de production. Table des matières

Exposition église des Jacobins à Agen

Aubusson XVII-XXI. Tapisseries anciennes et contemporaines des collections de la Cité internationale de la tapisserie et de la ville d’Aubusson. Eglise des Jacobins à Agen, 21 juin-6 octobre 2014.

Grâce auxexpo-aubusson-int prêts majeurs accordés par le Musée de la tapisserie à Aubusson-Cité internationale de la tapisserie et la Ville d’Aubusson, cette exposition permettra de découvrir la diversité des savoir-faire et l’évolution de cet art, du XVIIe au XXIe siècle, et en particulier son renouvellement dans la création artistique contemporaine. Depuis 2009, la tapisserie d’Aubusson est inscrite par l’UNESCO sur la liste « Patrimoine culturel immatériel de l’humanité ».

 

Compte-rendu du séminaire d’Arachné à Aubusson

Aubusson, Cité international de la Tapisserie et de l’art tissé

et École nationale des Arts décoratifs, 3-4 Octobre 2013

Le séminaire suit son principe de fonctionnement qui est d’associer réflexion théorique et examen pratique des tapisseries.

3 Octobre

Aubusson session 5 012L’après-midi a été consacré à la visite de l’exposition Aubusson Tapisseries des Lumières avec Bruno Ythier et Pascal Bertrand, commissaires de l’exposition. Une quarantaine de personnes était présente. Le propos de l’exposition est de montrer qu’il y a eu à Aubusson au XVIIIe siècle une production de très haute qualité, de luxe, parfois confondue avec celle tissée à Beauvais, qui répondait au besoin d’une clientèle européenne des plus riches, comptant des membres de cours prestigieuses, comme le comte Heinrich von Brühl, premier ministre de Saxe et de Pologne, dont une Verdure à ses armes est présente dans l’exposition.

La visite a été suivie d’une présentation par Bruno Ythier du projet de la Cité internationale de la Tapisserie et de l’art tissé qui verra le jour en 2015. La Cité rassemblera un musée, une formation de liciers et un centre de documentation. Des recherches sur l’histoire de la tapisserie pourront être menées à partir des importants fonds documentaires que conserve la Cité. 

4 Octobre

La partie réflexion théorique de la 5e session du séminaire ARACHNÉ était consacrée aux conceptions théoriques esthétiques de la peinture, des arts décoratifs et de la tapisserie au XIXe siècle et au début du XXe et leurs implications sur l’écriture de l’histoire de la tapisserie.

Jean-François Luneau (Université de Clermont-Ferrand) a exposé le travail de Léon de Laborde sur les arts appliqués à l’industrie, son volumineux rapport sur l’exposition universelle de Londres 1851, dans lequel il tente de montrer la nécessité d’une réforme pour réaliser l’union de l’art et de l’industrie, par l’enseignement du dessin et de la musique, la réforme de l’École des Beaux-Arts, le développement de l’école professionnelle, la légitimité des manufactures nationales.

Pierre Vaisse (Université de Genève) est revenu sur la place de la tapisserie dans la révolution esthétique du XIXe siècle, en posant plus distinctement qu’il ne l’avait fait dans le passé comme postulat la rupture dans la conception universelle de l’art, par le retour à l’origine mythique de l’art, le divorce entre les arts libéraux et les autres arts et par la diminution du rôle de la main au profit de la science. P. Vaisse évoque les opinions contradictoires sur la fin de la tapisserie au sein des débats (affirmation de la planéité du mur, revalorisation des valeurs décoratives et du matériau, reconnaissance du métier de dessinateur de fabrique), puis il s’arrête sur la redéfinition des principes esthétiques de la tapisserie par rapport à ceux de la peinture à fresque.

Rossella Froissart (Université d’Aix-Marseille) a traité la question des différentes conceptions de la tapisserie dans la première moitié du XXe siècle, en s’attachant à la personne de Guillaume Jeanneau, théoricien du cubisme, admirateur des cartons de Gromaire, qui a donné une belle contribution à une histoire militante de l’art de tapisserie.

Ce séminaire a aussi été l’occasion pour Tatiana Lekhovich, Conservatrice des Textiles du Musée de L’Ermitage à Saint-Pétersbourg de présenter une prestigieuse commande de tapisseries d’Aubusson passée par le tsar Nicolas II de Russie à la manufacture Braquenié. L’ensemble, composé de 15 tapisseries, était destiné à orner l’escalier Saltykov du Palais d’Hiver de Saint-Pétersbourg. Dernièrement restauré, il devrait reprendre prochainement son emplacement initial. Il s’agit d’un bel exemple du rayonnement de la tapisserie d’Aubusson jusqu’en Russie où Braquenié a honoré plusieurs commandes importantes.

 

Publication tapisseries d’Aubusson

Pascal-François Bertrand, Aubusson Tapisseries des Lumières. Splendeurs de la Manufacture royale, fournisseur de l’Europe au XVIIIe siècle, Snoeck, Cité de la tapisserie et de l’art tissé, 2013. ISBN : 978-94-6161-122-2 Lien éditeur

couverture livre Aubusson

Le propos de ce livre est double. Essayer tout d’abord de montrer comment la renommée européenne de la tapisserie d’Aubusson au XVIIIe siècle découle de l’augmentation et de l’intensification des échanges commerciaux internationaux caractéristiques des Lumières, répondant à une demande précise en ameublement de produits de luxe, de tapisseries de verdure essentiellement, c’est-à-dire représentant divers paysages, enrichies de fabriques et le plus souvent égayées d’animaux et de petits personnages. Reconstituer ensuite le corpus des tapisseries, sachant que les tapissiers d’Aubusson tissaient à la fois les cartons qui étaient mis à leur disposition par la Couronne et ceux qu’ils achetaient pour leur propre usage. Il a donc fallu définir des critères objectifs permettant de regrouper les tapisseries et de reconstituer les diverses tentures réalisées, tels que la répétition d’un même carton et la fréquence des associations d’un tissage avec d’autres, le format des pièces et les marques relevées.

Base de données Arachné : un nouvel outil pour l’Histoire de l’art

Par Stéphanie Trouvé et Elsa Karsallah

Dans le cadre du programme de recherche ARACHNÉ soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), la conception d’une base de données permettant la mise en relation de toutes les informations disponibles sur les tapissiers et leur entourage contribue à la réflexion générale sur les conditions de la création de la tapisserie en France du Moyen Âge jusqu’à nos jours. Pour cet art – peut-être le plus collectif qui soit par l’importance du nombre d’intervenants nécessaires à sa conception, à sa réalisation ainsi qu’à sa mise sur le marché – une approche appréhendant globalement la diversité de ces acteurs s’impose. Si l’on peut, ponctuellement, avoir une vision plus ou moins précise de tel ou tel individu et de son œuvre, il demeure, en revanche, plus difficile de mettre en lumière les différents réseaux, familiaux et professionnels, concernant aussi bien les artistes que les marchands, qui ont pu accompagner et faciliter la diffusion de cette œuvre. Lire la suite…

ARACHNE

This project has been framed by the theme « Creations: Processes, Participants, Aims, Contexts », 2010 edition, of the Human and Social Science programme of the National Research Agency (ANR). It has a 48 month duration (December 2010 – December 2014).
It is also supported by the Region Aquitaine (January 2012 – December 2014)

This program aims at giving tapestry-making its place within the history of artistic creation. It is based on a dialectical approach of this art, in its relation to the theory of ornament in arts and architecture, its close relationship to painting and in its dependence on the organization and to the functioning of antique crafts. In addition, it aims to take a critical look at the methods of investigation and analysis used to this day in this field of art history.
If we are to reconsider the process of creation in the art of tapestry today we must rethink its history from three renewed conceptions:
1. Tapestry as ornament. This first thematic axis concerns the analysis of the placement of objects, the function of the medium in structuring space and as an element contributing to the dissemination of a style. How can tapestry, when integrated into a space, modify its character? (up to today’s practices of contemporary tapestry installation)? What place of tapestry is given by architects, both of yesterday and today (Corbusier, Portzamparc)? How was the art of tapestry observed or regarded? How does the art of tapestry adapt itself to styles and how does it participate to their dissemination? As tapestry is seen as a duplicate of painting, it is also advisable to think of the stakes of these weaved reproductions, of the transmission of an aesthetic at a specific moment and its reception
2. Tapestry art as expression of a collective art. Focusing on the analysis of the application of theory in practice of an artistic technique, this second thematic axis aims at analyzing the successive phases of the process, from the verbal into the painted and (from the painted) into the weaved. It investigates questions of inter-textuality, scale, transposition, and the translation from one medium into another.
3. Tapestry art as art and craft. This last thematic axis aims at understanding the way in which the professions which come under the term of tapestry-maker were organised and functioned by using notions of the migration of craftsmen as well as transfer of know-how and marks. The latter is connected to the former as far as the work of the tapestry-maker is at the end of the creative process and his work constitutes the tangible element of the works.

We know that the word used to describe a tapestry-maker in French (tapissier) covers at least five or six professions, which can be divided into production and the business related to the various sorts of tapestry. We have only a very limited knowledge of way in which these professions and their networks functioned within the same city (Paris, Beauvais, Aubusson), between these cities and with the nearby countries, although we do know of their existence.
To be successful, the program leans on a double framework: firstly historiographical analysis and secondly the elaboration of an IT database dedicated to tapestry-makers. Writing about tapestry art means and involves establishing a better understanding of this art by analyzing the way its history has been constituted.
It is not only a question of better understanding its process of production and creation, but especially of measuring the impact of historical, functional or symbolic notions in the historiography of tapestry. The constitution of a database, whilst it is not an end in itself, is fundamental, because the collected data and the exploration of their connections will serve as essential support on second thought.
The purpose is to give to the scientific community, to museum curators, to the art market and to designers and creative artists a fresh knowledge about this form of artistic expression, to clearly outline the specificity of the art of tapestry, in France mainly, in the form of a set of analyses (essays, critical editions, fundamental studies) and in sources (catalogues, directories, databases, reconstructions of indoor decorations), reflecting the variety of the scientific approaches.

Academic publication will be the first vehicle for the scientific valorization of results obtained. Five works will detail the specific features of tapestry art, mainly in France.
– Writing the History of the Art of Tapestry, 19th-20th Centuries.
– Woven Painting. Essay on the Principles of Painting and their Application in the Gobelin Tapestries, 18th-21st Centuries.
– The History of Queen Artemis: poems, drawings and tapestries. Critical Edition.
– Directory of Tapestry-makers in France, commercial catalogues, production and marks (14th-21st centuries)
– Annotated Catalogue of Tapestries and Tapestry Designs made in Paris in the 16th Century.