Publications

Arachné. Un regard critique sur l’histoire de la tapisserie. Textes rassemblés et édités par Pascal-François Bertrand et Audrey Nassieu Maupas, Presses universitaires de Rennes, 2017. Lien éditeur

Avant-dernière publication d’une série de travaux menés dans le cadre du programme de recherche fondamentale « Arachné. Méthode critique de l’histoire de la Tapisserie. Préceptes, circulation de modèles, transferts de savoir-faire. France – xive-xxie siècles », sur une période de cinq ans. L’idée qui a présidé à son élaboration a été de montrer la diversité et la vitalité de la recherche dans ce domaine de l’histoire de l’art, en dehors de ce que l’on a pu réaliser dans le cadre du programme. Médium polysémique, la tapisserie touche des domaines variés comme l’histoire politique, économique ou sociale. Medium complexe dans son élaboration, elle permet, en histoire de l’art à proprement parler, d’aborder des questions essentielles, comme celles de l’invention, de la reproduction ou de la réception, à travers notamment l’étude toujours renouvelée des rôles respectifs des différents intervenants dans son processus de création. Les champs de recherche sont loin d’être épuisés et suscitent un intérêt croissant de la part des jeunes chercheurs, comme en témoigne le nombre relativement important de thèses sur le sujet, mais aussi de la part de collègues étrangers, qui viennent parfois de très loin (Chine, Japon, États-Unis). En dépit de cette pluralité, un point commun se dégage de toutes ces contributions : le rapport au document, quel qu’il soit, et la valeur historique qu’on lui accorde. Tous les auteurs se basent sur des sources inédites ou non encore exploitées, et ce malgré les difficultés rencontrées parfois pour accéder à celles-ci. Ils nous offrent ainsi un aperçu de l’histoire de la tapisserie en France ou de la production étrangère dans ses liens avec la France.

Histoire de l’histoire de la tapisserie et des arts décoratifs, essais réunis par Pascal-François Bertrand, Editions Esthétiques du Divers, 2016. ISBN : 978-2-9533041-7-6. Lien éditeur

La tapisserie a longtemps été étroitement liée à la peinture, puis à l’architecture. Elle est aujourd’hui rangée parmi les arts décoratifs qui constituent une des quatre catégories d’arts, la plus récente puisqu’elle a ainsi été désignée au cours du XIXe siècle, les trois autres plus anciennes, la peinture, la sculpture et l’architecture, composant ce qu’il est convenu d’appeler les beaux-arts. Les arts décoratifs sont définis par trois qualités : 1) leur capacité à orner, à décorer ; 2) leur fonctionnalité, les arts décoratifs sont utiles ; 3) leur caractère multiple, ce qui renvoie à la notion de reproductibilité. Ils sont généralement étudiés selon trois principes directeurs : la fonction, la technique et le style. Cet ouvrage a pour objet d’analyser la façon dont les notions fondamentales que sous-tend l’art de la tapisserie ont été utilisées dans l’écriture de l’histoire et d’étudier les conditions de l’élaboration de cette histoire, tant d’un point de vue historique, qu’institutionnel, philosophique et idéologique. Cela nécessite de replacer cette histoire au sein de l’histoire des arts décoratifs et celle-ci à l’intérieur de l’histoire de l’art. Il résulte essentiellement des travaux d’un séminaire tenu dans le cadre d’un programme de recherche en sciences humaines et sociales : « Arachné ».

La thèse de Barbara Caen, Renaissance d’un médium artistique. La tapisserie en France et en Belgique au XIXe siècle, est maintenant en ligne sur le site web de la Bibliothèque de l’Université de Zürich, Suisse. Lien

Barbara Caen (1)

Barbara Caen a soutenu sa thèse, préparée sous la direction du Professeur Tristan Weddigen, à l’Université de Zürich en 2012. Ce travail, maintenant en ligne, est ambitieux à plus d’un titre : par la période considérée, un large XIXe siècle, qui va de la Révolution française à la Première guerre mondiale ; par l’aire géographique retenue, non pas essentiellement la France et la Belgique comme le sous-titre le dit, mais l’Europe entière et les États-Unis d’Amérique ; et surtout par le teneur du propos, qui est d’envisager une « vue d’ensemble détaillée et critique, guidée par l’histoire et l’histoire de l’art, en vue d’une meilleure compréhension de la situation dans les deux pays », afin de faire « revivre quelques aspects renaissants de ce médium historique. » La dissertation est organisée en trois parties qui se succèdent selon un plan dynamique. 1) Cerner l’étendue des sources et de la bibliographie sur le sujet, afin de mieux définir le corpus. 2) Une mise en contexte de l’art de la tapisserie au XIXe siècle, en France et en Belgique. 3) Une analyse principalement iconographique de trois aspects de la production : les reprises en tapisserie, une approche neuve qui s’inscrit à la suite d’une journée d’étude organisée en 2010 par Barbara Caen à Paris ; le portrait tissé, un genre délaissé jusqu’à peu ; et une question de sujets tissés qui touche aussi à l’esthétique des tapisseries. Les apports sont nombreux et riches. L’état de la question résulte d’une importante moisson de documents (sources imprimées, travaux généraux sur la tapisserie et sources manuscrites), de la deuxième moitié du XIXe siècle surtout, qui attestent à la fois de l’engouement pour la tapisserie et de la pertinence des débats suscités. Une définition du vaste corpus se dessine, même si une partie de ses contours reste floue en raison de la difficulté à le cerner faute d’études larges précédentes (les travaux significatifs sur la question sont peu nombreux). La mise en contexte de l’art de la tapisserie en France et en Belgique permet de bien montrer la continuité du goût pour la tapisserie dans les usages de l’ameublement et de la décoration. Elle montre également le renouveau de cet art par leur présentation dans les musées et dans les expositions des produits de l’industrie et universelles. Ce dernier point permet à Barbara Caen de replacer ce regain d’intérêt pour la tapisserie dans la politique de valorisation des arts décoratifs, des arts appliqués à l’industrie au cours de la deuxième moitié du siècle. Barbara Caen utilise à bon escient le comparatisme pour faire ressortir à la fois la spécificité de la tapisserie française, de la manufacture des Gobelins essentiellement, et de celle belge, ainsi que la grande activité tapissière qui règne en Europe et aussi aux États-Unis d’Amérique. Barbara Caen connait parfaitement l’histoire des différents centres de tissages et de la présence de leurs productions dans les diverses expositions. L’analyse très neuve de l’activité de la manufacture Braquenié en Belgique est particulièrement fouillée. Barbara Caen révèle en filigrane la revendication d’identité nationale attachée par la critique à ce médium. La troisième et dernière partie renouvelle également pleinement la connaissance que l’on avait de la tapisserie du XIXe siècle. C’est dans la méthode que réside le succès de cette entreprise, en refusant dans la mesure du possible de prendre en compte l’opposition traditionnelle entre tapisserie à sujets d’histoire et tapisserie décorative et entre tapisserie-tableau et tapisserie décorative, et en mettant la tapisserie en rapport avec l’idéologie dominante. L’enquête sur le portait tissé en Belgique est menée jusque dans les moindres détails. Barbara Caen a donc réussi a montré les changements de paradigme dans la conception de l’art de la tapisserie au XIXe siècle, en se concentrant sur la production des Gobelins en France et celle de la manufacture Braquenié en Belgique, établissement qui était aussi actif en France, à Aubusson. Il y avait un risque à embrasser aussi largement, sur une longue durée, l’histoire d’un art en mutation en Europe. Barbara Caen l’a heureusement pris en opérant des choix judicieux pour livrer une vision renouvelée de l’histoire de la tapisserie au XIXe siècle.

Le volume de la collection Studies in Western Tapestry (SWT 7) Portrait and Tapestry/Portrait et tapisserie, Pascal-François Bertrand et Philippe Bordes (eds.) vient de paraître chez Brepols. Lien éditeur

Pascal-François Bertrand, La peinture tissée, Théorie de l’art et tapisseries des Gobelins sous Louis XIV, Presses Universitaires de Rennes, 2015. Lien

Cet ouvrage revient sur les tapisseries transposant dans le grand format des peintures et dessins de Raphaël, Giulio Romano, Nicolas Poussin et Pierre Mignard. Il s’agit d’interroger le sens de la pratique de la copie en tapisserie dans un contexte d’art de cour où le système de la représentation royale est extrêmement codifié.

Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier, études rassemblées par Pascal-François Bertrand, Les Cahiers du Centre François-Georges Pariset n° 9, Presses Universitaires de Bordeaux, 2015.

L’histoire de la tapisserie s’est concentrée d’une part sur les grands ensembles tissés et leurs propriétaires successifs et d’autre part les lieux de production, ce qui a entrainé la création de modèles historiques impliquant une hiérarchie, une idée d’expansion, de rayonnement d’un art national, tels que la primauté des ateliers bruxellois au XVIe siècle et l’excellence de la manufacture des Gobelins au XVIIIe. Les études relatives au métier de tapissier, à la production et à l’organisation du commerce ont été délaissées, hormis au début de la IIIe République, dans un contexte favorable aux métiers et aux ouvriers (construction d’un siège des juridictions commerciales et ouvrières, création d’écoles municipales d’apprentissage et initiatives privées, construction de bourses du travail et projet d’institutions de prévoyance). L’exposition universelle de 1878 a révélé la vitalité des métiers. Le mot tapissier désigne plusieurs activités et corps de métiers : un tapissier est tantôt un ouvrier qui garnit des sieges et qui tend des tentures de toutes sortes dans les demeures, tantôt un marchand impliqué dans le négoce de tapisseries, de tapis, de textiles et de divers meubles, tantôt encore un fabricant de tapisseries et d’autres tissus d’ameublement. Ceci entraine des ambiguïtés, des confusions qu’il convient de clarifier en revenant sur la définition de ces métiers, sur leur organisation et leur production, en abordant des questions de lexicographie, de hiérarchie, d’estimation de leur importance en nombre d’ouvriers, en volume et en qualité de production. Table des matières

Le prochain volume de la collection Studies in Western Tapestry (SWT 7) Portrait and Tapestry/Portrait et tapisserie est annoncé chez Brepols pour avril 2015. Lien éditeur

Les saisons de Dom Robert. Tapisseries, sous la direction du Père David d’Hamonville, Hazan, 2014. ISBN : 9782754107808 Lien

Jean Vittet, Les Gobelins au siècle des Lumières. Un âge d’or de la manufacture royale, Swan Editeur, 2014. ISBN : 978-2-9536796-4-9 Lien éditeur

Koenraad Brosens and Guy Delmarcel, « Raphael’s ‘Acts of the Apostles’: Italians in the service of the Habsburg monarchy and the Leyniers tapestry workshop, 1725-55 », The Burlington Magazine,  CLVI, June 2014, pp. 376-381.

F. Barbe, L. Stagno, E. Villari (eds.), L’Histoire d’Alexandre le Grand dans les tapisseries au XVe siècle. Fortune iconographique dans les tapisseries et les manuscrits conservés. La tenture d’Alexandre de la collection Doria Pamphilj à Gênes, Turnhout, Brepols Publishers, 2013. 279 p., 91 b/w ill. + 84 colour ill. ISBN: 978-2-503-54745-9 Compte-rendu à venir  Lien éditeur

Marianne Grivel, Guy-Michel Leproux et Audrey Nassieu Maupas, Baptiste Pellerin et l’art parisien de la Renaissance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014. 280 p., 230 fig. n. et bl. et 8 pl. en coul.

Ce livre reconstitue la carrière de l’un des plus « excellents peintres » de la Renaissance tombé dans l’oubli dès le XVIIe siècle, alors que de son vivant il a été « l’une des figures importantes de l’art parisien ». L’artiste a travaillé pour toute sorte de domaines, le livre illustré, la gravure sur bois et sur cuivre, l’orfèvrerie et la monnaie, le vitrail et la tapisserie. Dans ce dernier domaine, il a exécuté des toiles peintes composant une tenture de la Vie de saint Jean-Baptiste et de l’Apocalypse pour l’église Saint-Nicolas-des-Champs (1574) et des dessins représentant la vie de saint Barthélemy pour l’église du même nom autrefois dans l’île de la Cité. Si rien ne permet de dire que les toiles peintes ont été tissées, les dessins conservés dans un recueil à la Bibliothèque nationale de France ont été au moins en partie transposés en tapisserie au début des années 1570 (voir le 3e chapitre sur l’activité de cartonnier de Pellerin). Cette contribution notable à l’histoire encore très lacunaire de la tapisserie parisienne du XVIe siècle n’est qu’une petite partie des nombreux apports de cette étude approfondie sur l’art parisien de la Renaissance. Lien éditeur

Monica Stucky-Schürer, Un couronnement perpétuel. Charles VII (1403-1461) et la tapisserie du trône du Louvre, Schwabe, Bâle, 2014. Lien éditeur

Pascal-François Bertrand, Aubusson Tapisseries des Lumières. Splendeurs de la Manufacture royale, fournisseur de l’Europe au XVIIIe siècle, Snoeck, Cité de la tapisserie et de l’art tissé, 2013. ISBN : 978-94-6161-122-2 Lien éditeur

couverture livre AubussonLe propos de ce livre est double. Essayer tout d’abord de montrer comment la renommée européenne de la tapisserie d’Aubusson au XVIIIe siècle découle de l’augmentation et de l’intensification des échanges commerciaux internationaux caractéristiques des Lumières, répondant à une demande précise en ameublement de produits de luxe, de tapisseries de verdure essentiellement, c’est-à-dire représentant divers paysages, enrichies de fabriques et le plus souvent égayées d’animaux et de petits personnages. Reconstituer ensuite le corpus des tapisseries, sachant que les tapissiers d’Aubusson tissaient à la fois les cartons qui étaient mis à leur disposition par la Couronne et ceux qu’ils achetaient pour leur propre usage. Il a donc fallu définir des critères objectifs permettant de regrouper les tapisseries et de reconstituer les diverses tentures réalisées, tels que la répétition d’un même carton et la fréquence des associations d’un tissage avec d’autres, le format des pièces et les marques relevées.

Cécile Scaillièrez (éd.), Jean Cousin, père et fils. Une famille de peintres au XVIe siècle, Paris, Coédition musée du Louvre / Somogy éditions d’Art, 2013.Lien éditeur

Laurent Vissière et Alain Marchandisse et Jonathan Dumont (éds.), 1513 l’Année terrible, le siège de Dijon, Dijon, Editions Faton, 2013. Lien éditeur

Jehanne Lazaj et Bruno Ythier (éds.), Tapisseries 1925, Privat, 2012. ISBN : 978-2-7089-1770-5

La Tapisserie en France du Moyen Âge à nos jours, Archéothéma, Numéro spécial, n°20, avril 2012 http://www.archeothema.com/numero/la-tapisserie-en-france.htm

Koenraad Brosens, Rubens. Subjects from History 3: The Constantine Series (Corpus Rubenianum Ludwig Burchard, XIII [3]). London: Harvey Miller Publishers; Turnhout: Brepols, 2011.

Collectif, sous la direction de Marc Bayard, Arnauld Brejon de Lavergnée et Éric de Chassey, Poussin et Moïse. Du dessin à la tapisserie, Drago, 2011, 2 volumes, 228 p., 50 €. ISBN : 9788888493800

Thomas P. Campbell and Elizabeth A. H. Cleland (eds), Tapestry in the Baroque. New Aspects of Production and Patronage (The Metropolitan Museum of Art Symposia), Yale University Press, 2010.

Valérie Auclair, Dessiner à la Renaissance. La copie et la perspective comme instruments de l’invention, Presses Universitaires de Rennes (Collection « Art & Société »), 2010.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *