Publication Cahiers Pariset n°9

Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier, études rassemblées par Pascal-François Bertrand, Les Cahiers du Centre François-Georges Pariset n° 9, Presses Universitaires de Bordeaux, 2015.

L’histoire de la tapisserie s’est concentrée d’une part sur les grands ensembles tissés et leurs propriétaires successifs et d’autre part les lieux de production, ce qui a entrainé la création de modèles historiques impliquant une hiérarchie, une idée d’expansion, de rayonnement d’un art national, tels que la primauté des ateliers bruxellois au XVIe siècle et l’excellence de la manufacture des Gobelins au XVIIIe. Les études relatives au métier de tapissier, à la production et à l’organisation du commerce ont été délaissées, hormis au début de la IIIe République, dans un contexte favorable aux métiers et aux ouvriers (construction d’un siège des juridictions commerciales et ouvrières, création d’écoles municipales d’apprentissage et initiatives privées, construction de bourses du travail et projet d’institutions de prévoyance). L’exposition universelle de 1878 a révélé la vitalité des métiers. Le mot tapissier désigne plusieurs activités et corps de métiers : un tapissier est tantôt un ouvrier qui garnit des sièges et qui tend des tentures de toutes sortes dans les demeures, tantôt un marchand impliqué dans le négoce de tapisseries, de tapis, de textiles et de divers meubles, tantôt encore un fabricant de tapisseries et d’autres tissus d’ameublement. Ceci entraine des ambiguïtés, des confusions qu’il convient de clarifier en revenant sur la définition de ces métiers, sur leur organisation et leur production, en abordant des questions de lexicographie, de hiérarchie, d’estimation de leur importance en nombre d’ouvriers, en volume et en qualité de production. Table des matières

Exposition – Publication – Conférences, Milan

Woven Tales. Tapestries and Embroideries from the Gothic Period to the Renaissance. Milan, Galerie Moshe Tabibnia, Via Brera, 7 Mai-11 juillet 2015.

L’exposition présente une sélection de près de quarante rares tapisseries et de broderies appartenant principalement à la collection d’objets d’art médiévaux que l’ingénieur français Romain Zaleski et son épouse, Hélène de Prittwitz, ont constituée depuis les années 1990. L’exposition est organisée en six sections thématiques, offrant un aperçu de la diversité des textiles de la collection Zaleski : tapisseries gothiques de Suisse et d’Allemagne, pièces flamandes et franco-flamandes des XVe et XVIe siècles, Millefleurs et Verdure à feuilles de choux, tapisseries à sujets narratifs et allégoriques, broderies liturgiques et domestiques du XVIe siècle ; la dernière partie est consacrée aux arts de la table en relation avec le thème de l’Exposition Universelle 2015 de Milan « Nourrir la planète, Énergie pour la vie ».

L’exposition est accompagnée d’un livre volumineux (515 p.), remarquablement illustré, édité par Moshe Tabibnia and Elisabetta Mero, Textile Art Masterpieces: Tapestries and Embroideries in the Zaleski Collection. Les œuvres textiles sont étudiées par les plus grands spécialistes, Nello Forti Grazzini pour les tapisseries et Chiara Buss et Gian Luca Bovenzi pour les broderies.

Un cycle de conférences est organisé pour mieux faire connaître ces remarquables textiles Lien