Compte-rendu de l’ouvrage de Dany CAVELIER, Jean-René Sautour-Gaillard. La Déchirure.

Compte-rendu de l’ouvrage de Dany CAVELIER, Jean-René Sautour-Gaillard. La Déchirure, Editions Le Livre d’art, 2013, 396 p., 500 ill. couleur

par Rossella Froissart

Ce bel ouvrage richement illustré et bien documenté est un hommage au peintre cartonnier Jean-René Sautour-Gaillard, l’un des acteurs majeurs de la renaissance de la tapisserie à partir des années 1970. Né en 1946, l’année où la grande exposition parisienne sur La Tapisserie Française du moyen âge à nos jours a fait découvrir à un très large public le fruit du renouveau de cet art dans l’entre-deux-guerres, Sautour-Gaillard fait partie de la deuxième génération de peintres qui s’y sont consacrés, à la suite de l’impulsion donnée par Jean Lurçat. Formé à l’Ecole nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art (Ensaama), disciple de Robert Wogensky, Sautour-Gailard a été l’un des peintres-cartonniers les plus féconds des trente dernières années. A partir des années 1970, une crise profonde provoque le déclin de cette « renaissance » aussi éclatante que controversée dont Lurçat pouvait à bon droit s’attribuer une grande part de mérite. Dans ces années de crise, et malgré l’indifférence des musées, le succès de Sautour-Gaillard ne se dément pas. Tissées par les ateliers Legoueix d’Aubusson, exposées par la Demeure de Denise Majorel, puis par la galerie Inard à Paris à partir de 1978, ces tapisseries de grandes dimensions et très colorées trouvent des acquéreurs passionnés.

D. Cavelier retrace la biographie et le parcours du peintre, détaille ses rencontres et rend compte de ses goûts artistiques – art ancien, peinture contemporaine, musique ; elle s’attarde aussi sur l’engagement pédagogique de Sautour-Gaillard dans les différents écoles où il a exercé son professorat. Les nombreuses et belles reproductions des tapisseries permettent d’appréhender l’évolution stylistique, d’une abstraction proche de la peinture gestuelle de l’École de Paris, au retour à une figuration détournée de tout contenu narratif, qui se compose de fragments de mémoire visuelle. Le goût pour le « décoratif » devient aussi de plus en plus présent et se manifeste dans des collages textiles associant matériaux et motifs provenant d’époques diverses et de pays éloignés.

Une dernière section de l’ouvrage est consacrée à la collection personnelle de tissus anciens et d’objets d’art qui font partie de la culture et de l’imaginaire de Sautour-Gaillard. On en retrouve des pans entiers dans son œuvre testament, l’immense tenture tissée à Aubusson en 2000-2001, intitulée Pour un certain idéal  et exposée au Musée olympique de Lausanne.