Publication : Arachné. Un regard critique sur l’histoire de la tapisserie

Arachné. Un regard critique sur l’histoire de la tapisserie. Textes rassemblés et édités par Pascal-François Bertrand et Audrey Nassieu Maupas, Presses universitaires de Rennes, 2017.

Avant-dernière publication d’une série de travaux menés dans le cadre du programme de recherche fondamentale « Arachné. Méthode critique de l’histoire de la Tapisserie. Préceptes, circulation de modèles, transferts de savoir-faire. France – xive-xxie siècles », sur une période de cinq ans. L’idée qui a présidé à son élaboration a été de montrer la diversité et la vitalité de la recherche dans ce domaine de l’histoire de l’art, en dehors de ce que l’on a pu réaliser dans le cadre du programme. Médium polysémique, la tapisserie touche des domaines variés comme l’histoire politique, économique ou sociale. Medium complexe dans son élaboration, elle permet, en histoire de l’art à proprement parler, d’aborder des questions essentielles, comme celles de l’invention, de la reproduction ou de la réception, à travers notamment l’étude toujours renouvelée des rôles respectifs des différents intervenants dans son processus de création. Les champs de recherche sont loin d’être épuisés et suscitent un intérêt croissant de la part des jeunes chercheurs, comme en témoigne le nombre relativement important de thèses sur le sujet, mais aussi de la part de collègues étrangers, qui viennent parfois de très loin (Chine, Japon, États-Unis). En dépit de cette pluralité, un point commun se dégage de toutes ces contributions : le rapport au document, quel qu’il soit, et la valeur historique qu’on lui accorde. Tous les auteurs se basent sur des sources inédites ou non encore exploitées, et ce malgré les difficultés rencontrées parfois pour accéder à celles-ci. Ils nous offrent ainsi un aperçu de l’histoire de la tapisserie en France ou de la production étrangère dans ses liens avec la France. Lien éditeur

Publication : Histoire de l’histoire de la tapisserie et des arts décoratifs

Histoire de l’histoire de la tapisserie et des arts décoratifs, essais réunis par Pascal-François Bertrand, Editions Esthétiques du Divers, 2016. ISBN : 978-2-9533041-7-6. Lien éditeur

La tapisserie a longtemps été étroitement liée à la peinture, puis à l’architecture. Elle est aujourd’hui rangée parmi les arts décoratifs qui constituent une des quatre catégories d’arts, la plus récente puisqu’elle a ainsi été désignée au cours du XIXe siècle, les trois autres plus anciennes, la peinture, la sculpture et l’architecture, composant ce qu’il est convenu d’appeler les beaux-arts. Les arts décoratifs sont définis par trois qualités : 1) leur capacité à orner, à décorer ; 2) leur fonctionnalité, les arts décoratifs sont utiles ; 3) leur caractère multiple, ce qui renvoie à la notion de reproductibilité. Ils sont généralement étudiés selon trois principes directeurs : la fonction, la technique et le style. Cet ouvrage a pour objet d’analyser la façon dont les notions fondamentales que sous-tend l’art de la tapisserie ont été utilisées dans l’écriture de l’histoire et d’étudier les conditions de l’élaboration de cette histoire, tant d’un point de vue historique, qu’institutionnel, philosophique et idéologique. Cela nécessite de replacer cette histoire au sein de l’histoire des arts décoratifs et celle-ci à l’intérieur de l’histoire de l’art. Il résulte essentiellement des travaux d’un séminaire tenu dans le cadre d’un programme de recherche en sciences humaines et sociales : « Arachné ».

Publication de la thèse de Barbara Caen

La thèse de Barbara Caen, Renaissance d’un médium artistique. La tapisserie en France et en Belgique au XIXe siècleest maintenant en ligne sur le site web de la Bibliothèque de l’Université de Zürich, Suisse. Lien

Barbara Caen (1)

Barbara Caen a soutenu sa thèse, préparée sous la direction du Professeur Tristan Weddigen, à l’Université de Zürich en 2012. Ce travail, maintenant en ligne, est ambitieux à plus d’un titre : par la période considérée, un large XIXe siècle, qui va de la Révolution française à la Première guerre mondiale ; par l’aire géographique retenue, non pas essentiellement la France et la Belgique comme le sous-titre le dit, mais l’Europe entière et les États-Unis d’Amérique ; et surtout par le teneur du propos, qui est d’envisager une « vue d’ensemble détaillée et critique, guidée par l’histoire et l’histoire de l’art, en vue d’une meilleure compréhension de la situation dans les deux pays », afin de faire « revivre quelques aspects renaissants de ce médium historique. » La dissertation est organisée en trois parties qui se succèdent selon un plan dynamique. 1) Cerner l’étendue des sources et de la bibliographie sur le sujet, afin de mieux définir le corpus. 2) Une mise en contexte de l’art de la tapisserie au XIXe siècle, en France et en Belgique. 3) Une analyse principalement iconographique de trois aspects de la production : les reprises en tapisserie, une approche neuve qui s’inscrit à la suite d’une journée d’étude organisée en 2010 par Barbara Caen à Paris ; le portrait tissé, un genre délaissé jusqu’à peu ; et une question de sujets tissés qui touche aussi à l’esthétique des tapisseries. Les apports sont nombreux et riches. L’état de la question résulte d’une importante moisson de documents (sources imprimées, travaux généraux sur la tapisserie et sources manuscrites), de la deuxième moitié du XIXe siècle surtout, qui attestent à la fois de l’engouement pour la tapisserie et de la pertinence des débats suscités. Une définition du vaste corpus se dessine, même si une partie de ses contours reste floue en raison de la difficulté à le cerner faute d’études larges précédentes (les travaux significatifs sur la question sont peu nombreux). La mise en contexte de l’art de la tapisserie en France et en Belgique permet de bien montrer la continuité du goût pour la tapisserie dans les usages de l’ameublement et de la décoration. Elle montre également le renouveau de cet art par leur présentation dans les musées et dans les expositions des produits de l’industrie et universelles. Ce dernier point permet à Barbara Caen de replacer ce regain d’intérêt pour la tapisserie dans la politique de valorisation des arts décoratifs, des arts appliqués à l’industrie au cours de la deuxième moitié du siècle. Barbara Caen utilise à bon escient le comparatisme pour faire ressortir à la fois la spécificité de la tapisserie française, de la manufacture des Gobelins essentiellement, et de celle belge, ainsi que la grande activité tapissière qui règne en Europe et aussi aux États-Unis d’Amérique. Barbara Caen connait parfaitement l’histoire des différents centres de tissages et de la présence de leurs productions dans les diverses expositions. L’analyse très neuve de l’activité de la manufacture Braquenié en Belgique est particulièrement fouillée. Barbara Caen révèle en filigrane la revendication d’identité nationale attachée par la critique à ce médium. La troisième et dernière partie renouvelle également pleinement la connaissance que l’on avait de la tapisserie du XIXe siècle. C’est dans la méthode que réside le succès de cette entreprise, en refusant dans la mesure du possible de prendre en compte l’opposition traditionnelle entre tapisserie à sujets d’histoire et tapisserie décorative et entre tapisserie-tableau et tapisserie décorative, et en mettant la tapisserie en rapport avec l’idéologie dominante. L’enquête sur le portait tissé en Belgique est menée jusque dans les moindres détails. Barbara Caen a donc réussi a montré les changements de paradigme dans la conception de l’art de la tapisserie au XIXe siècle, en se concentrant sur la production des Gobelins en France et celle de la manufacture Braquenié en Belgique, établissement qui était aussi actif en France, à Aubusson. Il y avait un risque à embrasser aussi largement, sur une longue durée, l’histoire d’un art en mutation en Europe. Barbara Caen l’a heureusement pris en opérant des choix judicieux pour livrer une vision renouvelée de l’histoire de la tapisserie au XIXe siècle.

Reconstitutions virtuelles de décors

Deux reconstitutions virtuelles de décors montrant des tapisseries ont été réalisées en collaboration avec l’unité de recherche Archéovision (UMS 3657). Elles sont visibles en cliquant sur les liens suivants :

Reconstitution du décor de la cathédrale de Reims lors du sacre de Louis XV (1722) http://archeotransfert.cnrs.fr/communication/arachne/Reims_FR/index.html

Reconstitution du décor de l’église du Gesù à Rome pour le centenaire de l’Ordre (1639) http://archeotransfert.cnrs.fr/communication/arachne/Gesu_FR/index.html

Exposition Tapisseries nomades, Lausanne

Exposition Tapisseries nomades. Fondation Toms Pauli. Collection XXe siècle au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, 25 mars – 29 mai 2016.

L’accrochage, constitué d’une trentaine d’œuvres provenant exclusivement de la collection contemporaine de la Fondation, retrace l’évolution de la tapisserie des années 1960 aux années 2000. Lien

Reconstitution 3D décor cathédrale Reims

La Reconstitution 3D du décor de l’intérieur de la cathédrale de Reims à l’occasion du sacre de Louis XV (1722) est présentée dans l’exposition Woven Gold. Tapestries of Louis XIV qui se tient au J. Paul Getty Museum à Los Angeles du 15 décembre 2015 au 1er mai 2016.

Cette reconstitution a été réalisée en collaboration avec Archéovision (UMS SHS 3D n° 3657), grâce au soutien financier de l’ANR et de la Région Aquitaine. IMG_4741

Conférence d’Anika Reineke, Bordeaux

Anika Reineke : A Textile With a View: Framing and Illusion in French Eighteenth-Century Tapestries, Université Bordeaux Montaigne, Mardi 16 février 2016 – 17 h. 30 – Salle J 008

Anika Reineke est doctorante en Histoire de l’art de l’Université de Zürich. Elle est chercheuse invitée ce semestre au Centre François-Georges Pariset (EA 538), Université Bordeaux Montaigne.

Présentation du livre de P. Bertrand, la Peinture tissée, Bordeaux

Le Musée des Arts Décoratifs et du Design de Bordeaux organise jeudi 28 janvier, à 18h30, une rencontre avec Pascal Bertrand, historien d’art, autour de son ouvrage « La peinture tissée – Théorie de l’art et tapisserie des Gobelins sous Louis XIV. » Lien