Séminaire d’Arachné

Le séminaire d’Arachné a pour but de mener une réflexion sur ce que signifie et implique écrire sur la tapisserie : d’une part établir une meilleure compréhension de cet art et d’autre part analyser la façon dont son histoire s’est constituée. Il s’agit non seulement de mieux saisir son processus de production, de création, mais aussi de mesurer l’impact de notions historiques, fonctionnelles ou symboliques dans l’historiographie de la tapisserie. Sont conviés à ce séminaire en fonction des sujets traités des experts extérieurs français ou étrangers. Chaque séance du séminaire est dans la mesure du possible associée à une visite de collection, d’exposition ou d’atelier de restauration, afin de prolonger la discussion devant les œuvres dans une optique méthodologique.

Les travaux de ce séminaire seront rassemblés et serviront de base à l’édition, non réalisée à ce jour, d’un ouvrage collectif à vocation didactique et pédagogique. Il combinera études prosopographiques sur de grands historiens de la tapisserie, approche chronologique et analyses thématiques de manière à rendre compte de la diversité des études menées dans ce domaine et des méthodes mises en œuvre.

Arachné Seminar

To truly study the history of tapestry requires analysing how its history has been written. This means scrutinizing the process of creation and production, but also measuring the impact of historical, functional or symbolic concepts in this field of the history of art. The three first sessions of the ARACHNÉ seminar were held in France. Titled the “Critical Method for the History of Tapestry: Principle, Model-Circulation, Know-How Transfer. France, 14th-21st Centuries”, the ARACHNÉ Research Program is mainly supported by the ANR (National Research Agency). Its home location is the University of Bordeaux 3; its partners are The École Pratiques des Hautes Études (EPHE), Paris, and The University of Marne-la-Vallée. The first session focused on Jules Guiffrey, the late-nineteenth- and early-twentieth-century scholar, whose influence spread beyond tapestry studies to the history of art in general. The second session explored the significance of techniques, a central question for all the decorative arts. The third and most recent session dealt with the implications of how important collections of tapestries, such as the royal Spanish collection, have been studied. This last session, hosted in the Met, New York, focused on how American scholars and researchers have considered the history of tapestry, with a moderated round table discussion asking whether the lessons learned from the tapestry field can usefully be applied to other areas of the decorative arts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *