News/Actualités

Reconstitutions 3D

Deux reconstitutions virtuelles de décors montrant des tapisseries ont été réalisées en collaboration avec l’unité de recherche Archéovision (UMS 3657). Elles sont visibles en cliquant sur les liens suivants :

Reconstitution du décor de la cathédrale de Reims lors du sacre de Louis XV (1722) http://archeotransfert.cnrs.fr/communication/arachne/Reims_FR/index.html

Reconstitution du décor de l’église du Gesù à Rome pour le centenaire de l’Ordre (1639) http://archeotransfert.cnrs.fr/communication/arachne/Gesu_FR/index.html

Publications

La thèse de Barbara Caen, Renaissance d’un médium artistique. La tapisserie en France et en Belgique au XIXe siècleest maintenant en ligne sur le site web de la Bibliothèque de l’Université de Zürich, Suisse. Lien

Barbara Caen (1)

Barbara Caen a soutenu sa thèse, préparée sous la direction du Professeur Tristan Weddigen, à l’Université de Zürich en 2012. Ce travail, maintenant en ligne, est ambitieux à plus d’un titre : par la période considérée, un large XIXe siècle, qui va de la Révolution française à la Première guerre mondiale ; par l’aire géographique retenue, non pas essentiellement la France et la Belgique comme le sous-titre le dit, mais l’Europe entière et les États-Unis d’Amérique ; et surtout par le teneur du propos, qui est d’envisager une « vue d’ensemble détaillée et critique, guidée par l’histoire et l’histoire de l’art, en vue d’une meilleure compréhension de la situation dans les deux pays », afin de faire « revivre quelques aspects renaissants de ce médium historique. » La dissertation est organisée en trois parties qui se succèdent selon un plan dynamique. 1) Cerner l’étendue des sources et de la bibliographie sur le sujet, afin de mieux définir le corpus. 2) Une mise en contexte de l’art de la tapisserie au XIXe siècle, en France et en Belgique. 3) Une analyse principalement iconographique de trois aspects de la production : les reprises en tapisserie, une approche neuve qui s’inscrit à la suite d’une journée d’étude organisée en 2010 par Barbara Caen à Paris ; le portrait tissé, un genre délaissé jusqu’à peu ; et une question de sujets tissés qui touche aussi à l’esthétique des tapisseries. Les apports sont nombreux et riches. L’état de la question résulte d’une importante moisson de documents (sources imprimées, travaux généraux sur la tapisserie et sources manuscrites), de la deuxième moitié du XIXe siècle surtout, qui attestent à la fois de l’engouement pour la tapisserie et de la pertinence des débats suscités. Une définition du vaste corpus se dessine, même si une partie de ses contours reste floue en raison de la difficulté à le cerner faute d’études larges précédentes (les travaux significatifs sur la question sont peu nombreux). La mise en contexte de l’art de la tapisserie en France et en Belgique permet de bien montrer la continuité du goût pour la tapisserie dans les usages de l’ameublement et de la décoration. Elle montre également le renouveau de cet art par leur présentation dans les musées et dans les expositions des produits de l’industrie et universelles. Ce dernier point permet à Barbara Caen de replacer ce regain d’intérêt pour la tapisserie dans la politique de valorisation des arts décoratifs, des arts appliqués à l’industrie au cours de la deuxième moitié du siècle. Barbara Caen utilise à bon escient le comparatisme pour faire ressortir à la fois la spécificité de la tapisserie française, de la manufacture des Gobelins essentiellement, et de celle belge, ainsi que la grande activité tapissière qui règne en Europe et aussi aux États-Unis d’Amérique. Barbara Caen connait parfaitement l’histoire des différents centres de tissages et de la présence de leurs productions dans les diverses expositions. L’analyse très neuve de l’activité de la manufacture Braquenié en Belgique est particulièrement fouillée. Barbara Caen révèle en filigrane la revendication d’identité nationale attachée par la critique à ce médium. La troisième et dernière partie renouvelle également pleinement la connaissance que l’on avait de la tapisserie du XIXe siècle. C’est dans la méthode que réside le succès de cette entreprise, en refusant dans la mesure du possible de prendre en compte l’opposition traditionnelle entre tapisserie à sujets d’histoire et tapisserie décorative et entre tapisserie-tableau et tapisserie décorative, et en mettant la tapisserie en rapport avec l’idéologie dominante. L’enquête sur le portait tissé en Belgique est menée jusque dans les moindres détails. Barbara Caen a donc réussi a montré les changements de paradigme dans la conception de l’art de la tapisserie au XIXe siècle, en se concentrant sur la production des Gobelins en France et celle de la manufacture Braquenié en Belgique, établissement qui était aussi actif en France, à Aubusson. Il y avait un risque à embrasser aussi largement, sur une longue durée, l’histoire d’un art en mutation en Europe. Barbara Caen l’a heureusement pris en opérant des choix judicieux pour livrer une vision renouvelée de l’histoire de la tapisserie au XIXe siècle.

Le volume de la collection Studies in Western Tapestry (SWT 7) Portrait and Tapestry/Portrait et tapisserie, Pascal-François Bertrand et Philippe Bordes (eds.) vient de paraître chez Brepols. Lien éditeur

Pascal-François Bertrand, La peinture tissée, Théorie de l’art et tapisseries des Gobelins sous Louis XIV, Presses Universitaires de Rennes, 2015. Lien

Cet ouvrage revient sur les tapisseries transposant dans le grand format des peintures et dessins de Raphaël, Giulio Romano, Nicolas Poussin et Pierre Mignard. Il s’agit d’interroger le sens de la pratique de la copie en tapisserie dans un contexte d’art de cour où le système de la représentation royale est extrêmement codifié.

Les communautés d’arts et de métiers : le tapissier, études rassemblées par Pascal-François Bertrand, Les Cahiers du Centre François-Georges Pariset n° 9, Presses Universitaires de Bordeaux, 2015. Table des matières

Colloques

Le colloque sur la Tapisserie en France organisé par Arachné a eu lieu à l’auditorium de l’INHA, 6, rue des Petits-Champs  à Paris, du 12 au 14 décembre 2014. Programme et Résumés des communications

La vidéo du colloque Pieter Coecke van Aelst and the Renaissance de janvier 2015 est en ligne sur le site du Metropolitan Museum of Art de New York.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *